La RSE chez Naturgie, interview de Philippe Blanc – directeur général chez Naturgie

,

23 août 2016

1/ La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) interroge l’entreprise sur son impact au niveau social (relations entre salariés, partenaires, fournisseurs, clients…), économique (commerce équitable…) et environnemental (gestion des déchets, transport, économie d’énergie…).
La RSE est restée confidentielle jusqu’au début des années 2000. Depuis, le sujet se démocratise progressivement. Naturgie avait-elle préparé ces questions ?

Philippe Blanc: L’engagement de Naturgie en faveur des produits biologiques, respectueux de l’environnement, est un des principes fondateurs de son président. Mais Naturgie, c’est aussi une usine à la campagne. Cette particularité nous invite à anticiper l’impact de notre activité sur le territoire où nous sommes implantés car nous y vivons.

Nous faisons évoluer régulièrement les locaux et les procédés de production pour garder l’homme là où son savoir-faire est inégalable, mais diminuer les risques et pénibilités lorsque l’automatisation et la robotisation le permettent.

2/ Plusieurs normes, pactes, chartes ou guides sont proposés pour aider les entreprises à améliorer leurs pratiques en matière de RSE. Quels outils a choisis Naturgie ?

Philippe Blanc: Les normes RSE ne sont pas très adaptées aux Petites et Moyennes Entreprises (PME).
Naturgie a initié une démarche pour rallier Bioentreprisedurable® qui regroupe les PME Bio, engagées sur des pratiques holistiques. Un audit sera effectué en 2016 afin de formaliser les efforts déjà entrepris et pour permettre à Naturgie de continuer à progresser sur la thématique RSE.

3/ Pourriez-vous citer des exemples concrets illustrant la démarche RSE de Naturgie ?

Philippe Blanc: Pour une PME, Naturgie alloue un budget important à la RSE.

Un premier axe concerne les conditions de travail (les locaux ont été isolés et insonorisés, le réfectoire agrandi), mais aussi la réduction des pénibilités (robot pour peser et déplacer de lourdes charges, informatisation pour diminuer la manutention) tout en maintenant les emplois.

Le deuxième axe s’adresse aux salariés. Bien que la loi ne nous y contraigne pas, Naturgie a mis en place des réunions mensuelles avec une délégation du personnel. Non protocolaire, ce rendez-vous illustre la volonté de dialogue présente au sein de l’entreprise.

Le troisième axe repose sur la relation avec les petits producteurs Lot et Garonnais. Dès que possible, Naturgie s’approvisionne au local afin de contribuer au développement économique de son territoire.

4/ Depuis la mise en place de ces exemples, avez-vous constaté des changements positifs et inattendus sur des domaines qui n’étaient pas explicitement visés par la démarche RSE ?

Philippe Blanc:Je dois préciser que ces changements ne sont pas demandés par le personnel mais se font à l’initiative de l’entreprise. Ils permettent de maintenir un bon climat social, une convivialité qui se retrouve dans la présence importante des employés lors d’événements extra-professionnels (spectacles de fin d’année, tournois de pétanque, barbecues). Je crois que les gens apprécient de travailler chez Naturgie. Le taux d’absentéisme est très bas et les accidents du travail rares pour une activité potentiellement à risque.

5 / Quels sont les domaines de la RSE que vous souhaitez développer chez Naturgie dans les années à venir ?

Philippe Blanc:Nous espérons rejoindre la démarche Bioentreprisedurable® pour converger vers la norme ISO 26000 et continuer à progresser.